RSS

Se réapproprier son corps, son territoire

06 Mar

Depuis octobre dernier, nous traversons, par mini vagues successives, une importante étape de délestage d’énergie de basse fréquence sous la forme de liens, d’implants et de conscience 3D. Ces désintégrations très spécifiques concernent différents aspects du contrôle de notre conscience et de la perception.

Les tentacules du vaste système de contrôle mental, subdivisé en sous-systèmes, entretiennent des liens énergétiques et vibratoires dans le corps physique et à sa périphérie en utilisant le principe de la redondance et de l’effet miroir. La perception actuelle de notre corps correspond à l’accumulation d’une énergie de basse fréquence agissant comme un voile quasi opaque empêchant la lumière naturelle, que nous émettons et recevons de l’extérieur, d’éclairer ce que nous sommes réellement en pleine conscience, c’est-à-dire, au-delà de la conscience limitée du monde 3D.

Des implants vibratoires installés avant même notre naissance soutenaient un ensemble de croyances mentales compatibles entre elles, formant un tout vibratoire et énergétique et organisé en pensées-racines qui nourrissaient notre conscience d’éveil et nos rêves. La disparition de ces implants nous libère de la programmation d’entretenir des pensées récurrentes de souffrance. Tout cela va disparaître progressivement. Faisant place nette pour de nouvelles perceptions de soi.

Qui dit perception dit aussi récepteurs énergétiques, sensitifs, thermiques, proprioceptifs (articulations, muscles, os, etc.). L’évacuation des pensées-racines, émotions et croyances provoquent douleurs et tensions, qui semblent ne jamais s’estomper, mais aussi anxiété, différents troubles digestifs, articulaires (encore…) et musculaires (liés à la perception du corps versus l’environnement), difficulté à se concentrer, stress psychologique, etc. Et comme il y a désintégration, évacuation et libération non-stop depuis octobre dernier, les sensations vécues entremêlent entre ce qui vient d’être désintégré ou le sera sous peu!

Le corps physique : notre territoire

Depuis très trop longtemps, notre corps physique est le territoire des reptiliens et notre environnement, la terre, leur terrain de jeu. Cette étape de désintégration des éléments de contrôle en est une de réappropriation de notre territoire de base, notre corps physique. Un changement lent et subtil est en cours alors que nous reprenons le contrôle de la perception de notre corps. Lors des courtes mais nécessaires périodes d’ajustement, le corps se relève, est plus droit, le visage change d’expression, les yeux s’éclaircissent. Entre les ajustements, le corps traverse de longs moments d’évacuation : système lymphatique surchargé, frissons, bouffées de chaleur, peau sèche, besoin de boire davantage d’eau et des méridiens en vrille. Tous les éléments des systèmes de détoxication et excréteur tournent à plein régime.

Malgré cela, il y a une stabilisation dans l’énergie du corps physique. Notre structure énergétique corporelle demeure stable depuis que la connexion s’est définitivement rétablit avec la structure énergétique de l’aura (à l’extérieur du corps physique), l’automne dernier. Cette précieuse connexion, apparue suite aux transformations survenues et dont le tableau des systèmes met en évidence, permet au corps physique d’avoir un lien plus direct avec le corps cristallin. Pour beaucoup d’entre nous, cette stabilisation énergétique permet d’accomplir nos activités quotidiennes tout en étant plongés dans un processus accéléré d’évacuation aux symptômes désagréables.

Le processus d’évacuation en cours ne me permet pas de cibler les nouvelles composantes des systèmes énergétiques liés aux chakras, car le corps physique traverse depuis des mois une puissante mutation énergétique ponctuée par des phases d’harmonisation et de stabilisation. L’intégration de cette nouvelle réalité énergétique se fait de plus en plus rapidement dans le corps, d’où cette nécessité d’être flexible et prêt à abandonner toute résistance.

Actuellement, c’est environ ¾ des HA5D qui sont à jour dans la transformation énergétique actuelle. Ce qui veut dire aussi que nous avons perdu des joueurs en cours de route. C’est un processus exigeant qui demande une attention particulière à soi et de se détourner du monde 3D bombardé de stimulus visant à nous maintenir plaqué au sol. Il y a de plus en plus de différence énergétique entre les HA5D qui suivent le rythme et les HA5D en retard dans le processus, HA4D, HA3D, portails organiques, hommes robots, reptiliens dont la génétique ne se prête pas à cette évolution.

La perception de notre corps se transforme, les besoins physiologiques changent aussi. Il est donc temps de faire des choix qui correspondent à notre nouvelle réalité énergétique en constante évolution. Comme cela n’est pas près de ralentir, mieux vaut adapter sa conduite au chemin tortueux. D’autant plus que la réappropriation du territoire personnel, notre corps physique, va se prolonger éventuellement dans la réappropriation du territoire à l’extérieur du corps, la terre.

Léandre

Début mars 2019

 

Publicités
 
Commentaires fermés sur Se réapproprier son corps, son territoire

Publié par le 6 mars 2019 dans Énergétiques, Mutation énergétique et physique, Quelques notions

 

Étiquettes : , ,

Les commentaires sont fermés.